La sécurité de tous les usagers de la route est une priorité en France. À ce propos, l’assurance contribue pour beaucoup dans la société. Comme pour les voitures, les véhicules deux-roues doivent être assurés pour prévenir tout événement dommageable. Nous vous proposons dans le présent article, un aperçu sur l’assurance deux-roues.

Ce que dit la réglementation

La législation française impose une seule couverture en matière d’assurance pour les véhicules deux-roues. Il s’agit précisément de la garantie de responsabilité civile ou assurance au tiers qui est mentionnée dans le Code des Assurances en son article 211-1.

Elle permet à votre assureur de prendre en charge tous les dommages à la fois matériels et corporels causés à un tiers. Ces derniers doivent cependant relever du fait de votre véhicule à moteur deux roues. C’est la couverture minimum exigée.

Les deux-roues assujettis à l’assurance

Quelques catégories de deux roues sont soumises à l’obligation d’une couverture en assurance. Il est donc important de connaître les véhicules qui sont assujettis à l’assurance deux-roues.

  • Les motos qui sont donc considérées comme des véhicules équipés de deux roues dont le cylindre est compris entre 50 cm3 et 125 cm3.
  • Les scooters y compris les scooters de trois-roues.
  • Les vélos et trottinettes électriques qui produisent une puissance supérieure à 250 watts et parcourent 25 km/h en matière de vitesse.

Les motos sportives et les grosses cylindrées dont la puissance frôle parfois les 2 000 cm3 sont également incluses dans le lot.

Les garanties complémentaires

Vous avez la possibilité d’étendre la couverture à d’autres garanties. Par défaut, seules les tierces personnes sont protégées. Ce qui veut donc dire que ni vous ni votre moto ne serez pris en charge après un sinistre.

Ces garanties optionnelles vont donc être utiles pour avoir plus de protection. Il y a entre autres le vol (malgré les mesures de sécurité), les bris de glace, la protection du conducteur ou encore les dommages d’équipements. Pour vous faciliter la tâche, certaines compagnies d’assurances ont des packages de couvertures déjà établis :

  • La couverture intermédiaire qui renforce la couverture initiale avec les garanties contre le vol et l’incendie de votre engin de deux-roues.
  • La couverture « tous risques » en tant que formule qui vous protège ainsi que la moto, que vous soyez fautif ou non. Vous serez donc indemnisé par l’assureur selon les conditions contractuelles.

Une assurance « tous risques » ne sous-entend pas forcément que vous avez toutes les garanties. C’est ce qui peut être déplorable après un sinistre. Peu importe la formule souscrite, soyez vigilant et accordez-vous le temps de lire amplement toutes les conditions et autres clauses. Le cas échéant, ajoutez les garanties manquantes en fonction des besoins.

Le coût de l’assurance

En matière d’assurance, vous devez savoir que le prix n’est pas fixe. Il varie en fonction de certaines informations liées aux caractéristiques de votre deux-roues, aux garanties souscrites et à l’expérience de conducteur (taux de sinistralité, jeune ou adulte, parcours d’assuré). C’est donc un ensemble qui peut impacter considérablement ou non la prime d’assurance.

Pour avoir une idée de la meilleure offre, il est judicieux d’utiliser les comparateurs en ligne. Prenez cependant le soin de lire attentivement le contenu des différentes offres (garanties et exclusions) de couverture avant toute souscription.

Bon à savoir

La conduite des petites cylindrées de 50 cm3 peut se faire sans permis de conduire si vous êtes né avant le 31 décembre 1987. Au-delà de cette date, la conduite sans permis est illégale. Vous êtes autorisé à circuler sur les motos de 50 cm3 si vous êtes titulaire d’un permis A1, A2 et B (au moins une expérience de conduite de deux ans).

Autrement, un permis AM, anciennement BSR, vous sera demandé lors des contrôles routiers. Les mineurs d’au moins 14 ans peuvent donc conduire le scooter 50 cm3 avec le permis AM. Le défaut d’assurance moto est passible de sanctions telles que les amendes, suspension ou retrait de permis. Faites donc preuve de diligence.